void.gif

Arborescence dans le R.N.F.O.

Critères morphologiques principaux à examiner

  • nombre de rameaux par inflorescence : majoritairement par 2 ou par 3 au sein d’une population
  • nombre d’épillets : principalement seul ou par deux
  • pilosité des gaines foliaires : toutes glabres ou certaines velues
  • port des tiges florifères : rampantes-ascendantes, dressées

Commentaires

Il semble important d’apprécier les critères de détermination au regard de la population et pas seulement sur la base d’un individu. On constate en effet une certaine variabilité morphologique (pilosité des gaines, nombre de rameaux par inflorescence, nombre d’épillets…) et il est parfois difficile de se prononcer sur certains individus semblant intermédiaires entre les deux plantes. Des introgressions sont d’ailleurs suspectées au Mexique (Verloove & Reynders, 2007). A étudier.

Dans la vallée de la Loire, les observations récentes montrent que Paspalum distichum L. subsp. paucispicatum (Vasey) Verloove & Reynders est une grande plante (tige robuste, longs rameaux dans l’inflorescence) avec des épillets géminés, qui pousse dans les niveaux topographiques bas (longtemps en eau). A l’inverse, Paspalum distichum L. subsp. paspalodes (Mich.) Thell. apparaît plus petit (tige plus grêle, rameaux courts dans l’inflorescence) avec des épillets solitaires, et s’observe généralement à un niveau topographique supérieur. Cette différence écologique serait à étudier en détail.

Mieux connue dans la vallée de la Loire, la répartition des deux plantes reste cependant à préciser globalement. Il conviendrait notamment de vérifier l’identité des plantes appelées auparavant Paspalum paspalodes.

Documents de référence