void.gif

Depuis 1992, le Conservatoire anime un réseau de plus de 400 correspondants bénévoles actifs qui transmettent régulièrement un nombre important d'observations sur les plantes sauvages et les milieux naturels relevées sur le terrain.

Ce réseau participe aussi aux projets d'atlas floristiques départementaux, à la recherche de plantes rares ou présumées disparues ou encore à suivre des végétations ou des populations d'espèces menacées... Ce réseau informel et bénévole est composé de passionnés (enseignants, agriculteurs...), de personnel technique des organismes œuvrant dans la préservation de l’environnement (parcs, réserves naturelles, conservatoires d’espaces naturels…) ou dans la recherche (université, laboratoires…), de jardins botaniques, de sociétés savantes, de cueilleurs professionnels, et plus particulièrement d’associations botaniques et/ou naturalistes intervenant dans l'Ouest de la France.

Il est structuré en coordinations interrégionale et départementales animées par des "responsables départementaux". Ce réseau est fondamental car il permet de maintenir des compétences botaniques locale, d'assurer une veille et d'inventorier en permanence les plantes sauvages de l'Ouest de la France. La revue E.R.I.C.A. qui publie notamment les découvertes botaniques remarquables sert de lien entre les membres du réseau.

Incroyable - Chaque année, les correspondants  fournissent 60 à 70 % des données intégrés dans le système d'informations du Conservatoire.

En savoir plus

Les responsables départementaux

Observatoire des plantes sauvages

Revue E.R.I.C.A.