void.gif

Globalement, le Conservatoire botanique cultive dans ses espaces de culture et stocke en banque de graines plus de 4000 espèces végétales. Afin de lutter contre la disparition définitive de plantes dans l’Ouest de la France mais aussi dans les hauts lieux de biodiversité mondiaux, il conserve plus particulièrement 2200 espèces disparues ou en voie de l'être.

Le Jardin du Conservatoire botanique

Le Conservatoire cultive et présente au public dans les 30 hectares de jardin conservatoire et les 1 000m² de serres tropicales des espèces végétales sauvages ou ornementales. Elles sont réparties par zones géographiques et dans des ambiances paysagères dédiées. Au-delà de la conservation, ces mises en scènes permettent de sensibiliser le public à la diversité du monde végétal.

En chiffres - 2250 espèces végétales dans le Jardin du Conservatoire botanique dont 430 dans les serres tropicales.

Les serres techniques et la pépinière

En plus du Jardin du Conservatoire, le Conservatoire dispose d’espaces techniques entièrement dédiés à la culture, à la reproduction et à la multiplication d’espèces végétales : 500m² de serres techniques et 1000m² de pépinière. Ces équipements permettent de mieux comprendre le contexte optimal de reproduction et de vie des espèces, de les acclimater, de mener des programmes d’expérimentation ou encore de les multiplier en attente de réintroduction.

En chiffres - 830 espèces végétales dans les espaces techniques.

La banque de graines

Quelques millions d’espèces dorment dans les 5 congélateurs du Conservatoire, dont certaines depuis 1976 ! Les stocker par -18°C permet de garantir une préservation maximale de leur biodiversité sur le long terme et de rendre possible de futures réintroductions si l’espèce venait à disparaître définitivement de la surface de la Terre. Ce fût d’ailleurs le cas pour Cylindrocline lorencei.

L’objectif étant de pouvoir disposer d’un stock de graines fertiles, le Conservatoire sort régulièrement des lots de graines pour tester leur viabilité.

La recette n'est un succès que si le processus de congélation est optimal. Pour cela il faut :

  • collecter les graines, sur le terrain ou dans les espaces de culture, en notant bien le nom de la plante, le lieu de la collecte, la date…
  • nettoyer, trier et compter les graines,
  • les identifier par un numéro de lot,
  • les sécher au dessiccateur,
  • tester leur viabilité avant de les conditionner en sac tricouches sous vides pour un stockage à -18°C.

Toutes les informations collectées tout au long du processus sont intégrées dans une base de données.

En chiffres - 2015 espèces végétales en banque de graines dont 270 de l’Ouest de la France.

En savoir plus

Les trésors végétaux au Jardin du Conservatoire botanique national de Brest