Nouveauté au Jardin du Conservatoire botanique
Un audioguide gratuit pour partir à la découverte des plantes menacées
Nouvelle balade botanique numérique
Venez découvrir En'Quête de plantes à la Roche de Mûrs, une balade de 2,2 km qui vous donnera le vertige de la botanique en Anjou !
Programme 2020 des sorties botaniques
Retrouvez les dates et lieux des sorties botaniques dédiées au réseau des botanistes bénévoles du Conservatoire. Pour cet automne, inscriptions obligatoires.

actualités

#Saison 2 : confinés mais motivés
11 Nov 2020

Chers et chères botanistes, voilà un deuxième confinement, et nous pensons encore à vous qui ne pouvez pas sillonner le territoire, comme à l'habitude, à la recherche de plantes sauvages. Nous en profitons donc pour vous informer de quelques découvertes récentes e [ ... ]

COVID-19. Le Conservatoire s'adapte pour ce 2e con...
30 Oct 2020

Le Conservatoire botanique national de Brest a suivi et continue de suivre les directives mises en place par le Gouvernement pour réduire les risques pandémiques liés au COVID-19. Son équipe s'adapte pour cette deuxième période de confinement afin d'assurer la conti [ ... ]

Depuis 2004 en Pays de la Loire, le Conservatoire botanique national de Brest coordonne un "Plan régional de conservation" en faveur de la Tulipe sauvage. Cette espèce, emblématique du vignoble, est en voie de disparition. L’Etat, le Conseil régional des Pays de la Loire, des gestionnaires d'espaces naturels, des associations naturalistes et des viticulteurs participent ainsi à sa préservation.

Contexte

La Tulipe sauvage (Tulipa sylvestris L. subsp. sylvestris) est une plante à bulbe de la famille des Liliacées haute de 30 à 50 cm. C’est l’une des 10 tulipes sauvages d’Europe. Même si sa répartition est relativement étendue en France, ses populations sont en forte régression depuis les années 1970. L’usage des phytosanitaires a remplacé les techniques traditionnelles de désherbage (cavaillonnage-décavaillonnage) qui participaient au mode de propagation de l’espèce dans les vignobles. Alors que les données bibiographiques anciennes indiquent sa présence dans 20 communes des Pays de la Loire, elle n'est recensée que sur seulement 8 communes en 2004.

Comme 16 autres plantes rares et menacées des Pays de la Loire, elle fait l’objet d’un "Plan régional de conservation" rédigé en 2004 par le Conservatoire botanique avec l’appui de la DREAL et de la Région Pays de la Loire. Suivi des sites, réintroduction, avis de recherche, vigne expérimentale, étude sur les pratiques viticoles, sensibilisation... En collaboration avec le Jardin botanique de Nantes, Mayenne nature environnement, le CPIE Loire Anjou, la LPO Anjou et le Conservatoire d'espaces naturels des Pays de la Loire, des opérations sont menées et semblent garantir une situation plus favorable pour la Tulipe sauvage.

La Tulipe sauvage fleurit fin mars-début avril, d'où son surnom "Avant-Pâques". C’est une plante vivace : elle peut vivre plusieurs années. Elle est capable de se reproduire grâce à ses graines disséminées par le vent. Mais c’est majoritairement la reproduction végétative (production de bulbilles à partir des bulbes mères) qui est son mode principal de reproduction. C'est avant tout une plante des terres cultivées : vignes, champs de céréales et vergers. Dans les Pays de la Loire, on la trouve systématiquement associée à la présence ancienne sinon actuelle de vignes (vignobles nantais et d'Anjou-Saumur, du Mans, du sud-est de la Mayenne...). Plus surprenant et rare, elle est observée en Mayenne dans des milieux non cultivés ou modifiés au niveau d’un affleurement rocheux.

Objectifs

  • Améliorer les connaissances sur l’espèce : rechercher d’anciennes stations, étudier les secteurs proches des stations actuelles, étudier le maintien à long terme de la tulipe dans des milieux autres que la vigne, préciser les pratiques fines d’entretien, expérimenter la production de bulbilles
  • Préserver les populations existantes : maintenir la tulipe dans un contexte de production viticole ou dans des prairies dérivant d’anciennes vignes, maintenir la tulipe par des mesures conservatoires à Saint-Denis d’Anjou et surveiller son évolution)
  • Conservation en culture : entretenir un stock de graines de sécurité, multiplier la plante
  • Information et sensibilisation : valorisation de l’engagement des viticulteurs, publications d’articles, réalisation d'avis de recherche
  • Suivi : comptage dans les stations, cartographie des populations

Partenaires

En savoir plus

Dossier de presse "Une situation plus favorable pour la Tulipe sauvage en Pays de la Loire" (2014)

La Tulipe sauvage, sentinelle de la biodiversité en Pays de la Loire

Détermination d'échantillons de Characées
© Y. Mouchel (SyMEL)
A la recherche de l'Ophrys abeille en Normandie
© Agnès Lieurade (CBN de Brest)
Session interne
Les botanistes du Conservatoire en formation dans le sud Finistère © CBNB Dominique Dhervé