Rechercher dans le site
Loading

Vous êtes ici : Qui sommes-nous : Présentation  


Historique

Les botanistes estiment que sur les 420 000 espèces végétales recensées sur la planète, environ 20 % d’entre elles (soit 84 000 espèces) sont menacées de disparition.

C'est en partant de ce constat préoccupant que Jean-Yves Lesouëf décidait de créer un jardin destiné à sauvegarder les plantes en danger.

En 1975, il sollicite et obtient le soutien d’une association régionale de protection de la nature (la SEPNB, devenue depuis Bretagne Vivante), du Ministère de l'Environnement puis de la communauté urbaine de Brest (aujourd'hui appelée Brest Métropole), pour implanter à Brest le premier Conservatoire botanique au monde.

 

Depuis sa création, le Conservatoire botanique national de Brest est implanté dans le « vallon du Stang-Alar », coulée verte de 2 km, autrefois site de carrière jusqu’en 1966. Le lieu abrite également un jardin botanique, un lieu d’accueil du public et d’expositions, ainsi que des serres techniques et pédagogiques.

Le vallon du Stang Alar jouit d’un microclimat favorable et de milieux variés qui destinaient ce site à devenir un jardin remarquable. L'entretien de cet espace est assuré par le Service des Parcs de Brest Métropole.


Nos statuts :

Le Conservatoire botanique est, depuis 1987, un syndicat mixte, c’est à dire un établissement public local.

Depuis janvier 2010, il regroupe les collectivités locales et établissements suivants :

Brest métropole
Le Conseil départementall du Finistère
Le Conseil régional de Bretagne
L’Université de Bretagne Occidentale

Chacun de ces membres désigne des délégués pour siéger au sien de l’instance décisionnelle du syndicat mixte (comité syndical) et apporte une contribution financière pour soutenir ses actions.

Ce syndicat mixte a vocation à s’étendre aux collectivités des régions Basse-Normandie et Pays de la Loire afin de couvrir au mieux son territoire d’intervention.

Télécharger les statuts du Conservatoire botanique




Missions actuelles

Depuis 1990, cet établissement est agréé par l’Etat (Ministère chargé de l’Environnement) comme Conservatoire Botanique National. Son territoire d’agrément porte, approximativement, sur les contours naturels du Massif armoricain.

Le décret n° 2004-696 du 8 juillet 2004, paru au Journal officiel du 16 juillet 2004 (rectificatif JORF 18 septembre 2004), constitue le cadre légal de l'agrément comme Conservatoire Botanique National et en définit les missions :

La connaissance de l'état et de l'évolution de la flore sauvage et des habitats naturels et semi-naturels,
L'identification et la conservation des éléments rares et menacés de la flore sauvage et des habitats naturels et semi-naturels,
L'information et l'expertise pour le compte des administrations, des établissements publics et des collectivités locales intervenant dans l’aménagement et la gestion du territoire,
L'information et l'éducation du public à la connaissance et à la préservation de la diversité végétale.

L'agrément en qualité de Conservatoire Botanique National est délivré pour une durée de cinq ans renouvelables, par le ministre chargé de la protection de la nature, après avis de la commission des conservatoires botaniques nationaux.

L'agrément est accordé pour un territoire constitué d'un ensemble de départements présentant des caractéristiques biologiques et géographiques communes. Peuvent bénéficier de l'agrément des personnes morales publiques ou privées à l'exception des sociétés commerciales.

Le territoire d’agrément du Conservatoire botanique national de Brest est constitué des régions Bretagne, Basse-Normandie, et Pays de la Loire. Pour mieux développer son action à l’échelle de ce vaste territoire, le Conservatoire botanique national de Brest a créé deux antennes régionales :

A Nantes (pour la région Pays de la Loire) en 1999

A Villers-Bocage près de Caen (pour la région Basse-Normandie) en 2000.

 

carte du territoire d’agrément du
Conservatoire botanique national de Brest




Les trois antennes régionales du Conservatoire botanique national de Brest travaillent de manière coordonnée à la connaissance et la protection de la flore et des habitats sur le territoire d’agrément (faire un lien vers l’action en région). Chacune apporte son expertise aux acteurs locaux de l’environnement (Etat, collectivités territoriales…), coordonne et réalise les inventaires de terrain, élabore des listes d’espèces menacées, apporte des éléments pour la révision des listes de plantes protégées…

Sur les limites de son territoire, le Conservatoire botanique national de Brest travaille en relation avec les autres Conservatoires botaniques nationaux.

Au delà des missions qu’il exerce en tant que Conservatoire botanique national dans les régions Bretagne, Basse-Normandie et Pays de la Loire, le Conservatoire botanique national de Brest développe également son action à l’international.

Dans ce domaine, les axes de travail sont actuellement les suivants :

Développement des actions de connaissance des enjeux de conservation et d’établissement de listes d’espèces menacées,
 

Centaurium scilloides
Photo : Rémy Ragot
Mise en œuvre de projets de conservation in situ et/ou ex situ pour les plantes les plus menacées d’extinction,
Conduite d’expertises visant à un transfert de compétences auprès d’acteurs locaux émergeants,
Réalisation d’actions d’information et d’échange de savoirs faire, notamment dans le domaine éducatif

Par ailleurs, le Conservatoire botanique national de Brest remplit également une mission de diffusion de la connaissance scientifique auprès des professionnels et du public. Les visites des serres sont organisées afin de présenter au plus grand nombre la diversité, la richesse et la fragilité du règne végétal.

Depuis 1999, les conservatoires botaniques nationaux sont regroupés au sein d’une fédération qui anime les programmes nationaux de connaissance et de conservation de la flore et de ses habitats et apporte son soutien technique à la création de nouveaux conservatoires. Le conservatoire de Brest s’est fortement impliqué dans la fédération des Conservatoires botaniques nationaux, dont il a assumé l’émergence.





Territoires d’intervention

Dans le Grand-ouest

Le Conservatoire botanique national de Brest est agréé par le ministère en charge de l’environnement pour une action s’exerçant sur les régions :

Bretagne,
Pays de la Loire et
Basse-Normandie.

Cette zone correspond au territoire d’agrément du Conservatoire botanique national de Brest.

Au-delà de ce territoire d'agrément, le Conservatoire Botanique National de Brest s'intéresse à la flore de tous les départements traversés par l'unité géologique du Massif armoricain.

Cette perception biogéographique des territoires, et pas seulement administrative, inclut les îles Anglo-Normandes et le nord du département des Deux-Sèvres (situé toutefois sur le territoire du Conservatoire Botanique Sud-Atlantique).

A l’international

Le Conservatoire botanique national de Brest participe à de nombreuses missions de protection d’espèces végétales menacées d’extinction, en particulier sur les îles. Il développe ainsi des projets de conservation d’espèce à Madagascar, aux Canaries, à Madère…

Monizia edulis - Madère Plantago robusta - St Hélène Hibiscus insularis - Norfolk Hibiscadelphus giffardianus - Hawaï Limonium dendroides - Canaries Aechmea serrata - Martinique Ruzia cordata - Réunion Begonia seychellensis - Seychelles Rhaphithamnus venustus - Juan-Fernandez Dombeya mauritiana - Maurice



Ces sauvetages ont entrainé une prise de conscience vis-à-vis des problèmes de conservation de la nature et la création de structures de sauvetage dans les pays concernés.





Nos équipements

Le siège du Conservatoire Botanique est situé à Brest. La structure comprend également des locaux à Villers-Bocage (Calvados) et à Nantes (Loire-Atlantique) pour ses antennes de Basse-Normandie et des Pays de la Loire.

Les locaux brestois

Les locaux brestois du Conservatoire botanique national de Brest ont été implantés à la fin des années 1970 dans le vallon du Stang Alar sur les communes de Brest et de Guipavas dans le Finistère.

Ceux-ci abritent les services scientifiques et administratifs qui regroupent la plupart du personnel (27 employés en 2015) mais aussi les serres techniques et les locaux d’accueil du public.

Une bibliothèque rassemblant plus de 60 000 références est à disposition du personnel, des botanistes correspondant du Conservatoire botanique national de Brest et des personnes en recherche d’informations sur la flore locale et internationale.

Des logements de services sont également disponibles et servent à maintenir une présence humaine permanente sur le site.

Le Conservatoire botanique national de Brest est équipé d’un laboratoire qui permet le traitement, la conservation et l’étude des semences provenant du monde entier.

Partie intégrante des missions du Conservatoire botanique national de Brest, l’accueil du public est réalisé au pavillon d’accueil où commencent les visites guidées des serres pédagogiques. Celles-ci ont une surface de 1 000 m² et sont divisées en quatre zones climatiques.

Des serres techniques servant par ailleurs à l’expérimentation scientifique, occupent une surface de 350 m².


 

Locaux administratifs


Pavillon d'accueil


Serres pédagogiques
 
En 2013, les locaux du siège du Conservatoire botanique à Brest ont bénéficié de travaux d’amélioration :

à la réfection et la sécurisation de la banque de semences,
au déplacement du centre de documentation et à la sécurisation des herbiers,
à la création d’un espace dédié à l’administration.

La maîtrise d’ouvrage des travaux a été assurée par Brest métropole. Le financement a été assuré par Brest métropole qui a bénéficié du concours du FEDER Bretagne.




Les locaux nantais

L’antenne nantaise du Conservatoire botanique national de Brest fut implantée en 1999 et emploie actuellement 8 personnes chargées de couvrir les cinq départements de la région Pays de la Loire.
Ces locaux ne sont pas visitables mais une importante documentation sur la flore et la végétation régionale est accessible sur demande motivée.

Les locaux normands

Implanté en 2000 dans des locaux prêtés par le Conservatoire de l’Espace Littoral et des Rivages Lacustres, l’antenne de Basse Normandie du Conservatoire botanique national de Brest occupe désormais des locaux situés à Villiers-Bocage à proximité de Caen.
Cette antenne normande du Conservatoire botanique national de Brest emploie actuellement 6 personnes qui couvrent l’ensemble de la Basse Normandie.




Organisation interne

Organigramme fonctionnel du personnel

Début 2015, le conservatoire rassemble 42 salariés attachés au syndicat mixte auxquels il faut ajouter
12 salariés relevant de Brest métropole (contremaître, jardiniers et gardien).



Conseil scientifique

Le Conseil scientifique du Conservatoire se réunit une fois par an. Il examine le rapport d’activités de l’année écoulée et discute des projets de l’année à venir. Les membres du Conseil scientifique se tiennent, tout au long de l’année, à disposition de l’équipe du conservatoire pour tout questionneùment d’ordre scientifique et technique.



Comité syndical

Le Comité syndical se réunit au moins quatre fois par an. Il définit la politique générale du Conservatoire et prend les décisions administratives comme le vote du budget, la création de postes, l’admission ou le retrait de nouveaux membres au sein du syndicat mixte et l’établissement de partenariats techniques et/ou financiers.





Plan du site - Nous contacter
Conception & Réalisation : Conservatoire botanique national de Brest ©2009 - tous droits réservés
dernière mise à jour 13 octobre 2015