Depuis 2012, le Conservatoire botanique participe à la connaissance et à la préservation de la flore de la Montagne des Français à Madagascar. Il collabore avec SAGE, le gestionnaire de cette aire protégée, pour faire émerger des compétences locales et développer des pépinières dédiées à la reforestation.

 

 

Contexte

Madagascar figure parmi les principaux hotspots de la biodiversité mondiale. Son patrimoine naturel est grandement menacé de disparition, notamment les forêts naturelles primaires qui couvraient autrefois la majeure partie de l'île et ne représentent aujourd'hui plus que 10% du territoire.

Madagascar possède un fort taux d'endémisme, tant animal que végétal, et est considéré comme une priorité mondiale en terme de conservation. Sur les 14 000 espèces de plantes, 83% sont endémiques, ainsi que 61% de ses oiseaux, 92% de ses reptiles, 99% de ses amphibiens et bien sur, les lémuriens, emblèmes du pays. Ces espèces n'existent nulle par ailleurs sur la planète.

Madagascar Montagnes des Francais 6

Au nord, la région Diana est très riche en aires protégées parmi lesquelles la Montagne des Français, située à 7 km de Diego-Suarez. D'une surface de 6 000 hectares, c'est une forêt sèche caducifoliée particulièrement menacée par le surpâturage des zébus et le charbonnage illégal. Plusieurs espèces emblématiques y poussent, comme Adansonia suarezensis dit Baobab de Suarez, Aloe suarezensis ou Dalberghia madagascariensis.

Objectifs

Madagascar Montagnes des Francais 7

  • Madagascar Montagnes des Francais 8Connaissance de la flore : inventaires floristiques, mise en herbiers d'échantillons.
  • Conservation : création de deux pépinières et multiplication de 10 000 plantes forestières par an pour le reboisement des parcelles déforestées au sein de l'aire protégée, création de divers protocoles de travail, protection des espèces menacées et de leur habitat.
  • Expertise : formation de divers agents (techniciens, pépiniéristes), échange de connaissances pratiques, mise en réseau des différents intervenants.
  • Sensibilisation : développement d'un volet écotouristique avec la mise en place de circuits de randonnées, de panneaux explicatifs, de dépliants.

Partenaires financiers

Partenaires techniques

Contact

Delphine Cabanis
Technicienne de conservation
Conservatoire botanique national de Brest
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

En savoir plus

Dépliant "L'appui du Conseil départemental du Finistère au développement de la Région Diana"

Depuis 2015, le Conservatoire botanique assiste techniquement et scientifiquement le Conservatoire d’espaces naturels des Pays de la Loire dans son animation du réseau régional «Espèces exotiques envahissantes (EEE)», sur les questions portant sur la flore et la végétation. Dans ce cadre, il va réaliser une série de fiches d'alerte détaillées, visant à donner les informations essentielles aux opérateurs de terrain pour reconnaître et signaler précocement des stations de plantes exotiques envahissantes émergentes dans la région, afin d’engager une réaction rapide. La première fiche d'alerte porte sur la Crassule de Helms, complétée par une synthèse des connaissances nationales.

Contexte

La Crassule de Helms (Crassula helmsii) est une petite plante grasse des milieux aquatiques à inondables, originaire d’Australie et de Nouvelle-Zélande. Vendue comme plante d’aquarium ou de plans d’eau d’ornement, elle est signalée dans les milieux naturels de la métropole française depuis 1999 près de Langon (Ille-et-Vilaine) et est en expansion rapide depuis quelques années dans le Nord-Ouest de la France.

Les connaissances actuelles sur sa biologie et son écologie montrent qu’elle a une croissance rapide, une large amplitude écologique et d’importantes capacités de dispersion. Malgré son caractère invasif avéré en Europe, elle ne fait cependant l’objet d’aucune mesure actuelle de réglementation.

Résultats

Une fiche d'alerte pour la région des Pays de la Loire

Le Conservatoire botanique national de Brest a réalisé une fiche alerte détaillée indiquant la marche à suivre en cas de découverte d’une station (précautions, signalement…). Cette fiche vise à donner les informations essentielles aux opérateurs de terrain pour reconnaître et signaler précocement des stations afin d’engager une réaction rapide, dans le cadre d’un dispositif d’accompagnement spécifique proposé par le réseau EEE Pays de la Loire.

> Télécharger la fiche d'alerte

Une synthèse des connaissances nationales

Le Conservatoire a également participé à une synthèse faisant un état détaillé des connaissances sur l’espèce en France métropolitaine, en lien avec le Groupe de travail sur les invasions biologiques en milieu aquatique.

Rédigée par Fabien Dortel (Conservatoire botanique national de Brest) et Alain Dutartre (hydrobiologiste indépendant auprès du Groupe de travail sur les invasions biologiques en milieu aquatique) et basée sur les plus récentes connaissances scientifiques, elle présente une description morphologique de l’espèce, de sa biologie et de son écologie, de sa répartition actuellement connue en France et en Europe ainsi que les possibilités de gestion assorties de mesures de biosécurité spécifiques.

Le but d’une telle synthèse est de donner aux opérateurs de terrain, toutes les clés de compréhension pour mieux appréhender les enjeux liés à la Crassule. Elle argumente aussi en faveur de l’inscription de la Crassule de Helms sur la liste nationale des espèces exotiques envahissantes préoccupantes, comme le permet le règlement européen récemment transcrit en droit français (JORF n°0044 du 22 février 2018). Datée de novembre 2017, cette synthèse sera mise à jour régulièrement car la situation autant que les connaissances sur cette espèce évoluent vite.

> Télécharger la synthèse des connaissances

Partenaires

En savoir plus

Synthèse des connaissances sur la situation de la Crassule de Helms en métropole sur le site web du Groupe de travail sur les invasions biologiques en milieu aquatique

Retours d'expériences de gestion réalisés dans le cadre du GTIBMA - Groupe de travail invasions biologiques en milieux aquatiques coordonné par l'Agence française pour la biodiversité et l'UICN France

Depuis 2016, le Conservatoire botanique anime un réseau de suivi du Coléanthe délicat (Coleanthus subtilis) en Bretagne regroupant des opérateurs Natura 2000, des collectivités, des gestionnaires d'espaces naturels...

Contexte

Le Coléanthe délicat (Coleanthus subtilis) est une plante des berges exondées d’étangs, se développant préférentiellement en début d’automne lors de la baisse des niveaux d’eau. Cette espèce végétale représente un très fort enjeu en Bretagne, où se trouvent plus de 90% des populations françaises. En 2015, le Conservatoire botanique conclut à un état de conservation défavorable et un état des connaissance partiellement déficitaire pour cette espèce.

Objectifs

Dès 2016, le Conservatoire botanique réunit les acteurs des étangs où le Coléanthe délicat est recensé dans la région : opérateurs Natura 2000, collectivités, gestionnaires d’espaces naturels, correspondant.e.s bénévoles du Conservatoire... pour mettre en place un réseau de suivi en Bretagne.

Ce réseau a vocation à :

  • coordonner le suivi de l’espèce dans la région autour d’un protocole partagé,
  • faciliter les échanges et retours d’expériences entre acteurs concernés par des problématiques de gestion et de conservation similaires.

Résultats

Le réseau de suivi a été accueilli pour sa mise en place par la commune de Plerguer (Ille-et-Vilaine) en septembre 2016, puis à Rostrenen (Côtes-d'Armor) en novembre 2017 dans les locaux de l’Association de mise en valeur des espaces naturels de Glomel. La forte participation des observateurs a permis de réactualiser les données de présence de l’espèce sur la moitié des populations récemment observées (après 2000) de la région en un an !

Partenaires

Contact

Gaëtan Masson
Chargé d'études flore et habitats
Conservatoire botanique national de Brest
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

En savoir plus

Flash info 2017 - réseau de suivi du Coléanthe délicat en Bretagne

Bilan 2017 du réseau de suivi du Coléanthe délicat en Bretagne

Fiche espèce "Coléanthe délicat"

Rapport "Natura 2000 en Bretagne : espèces végétales d'intérêt communautaire. Bilan des connaissances et enjeux de conservation" (2015)

eCalluna : application web pour rechercher la répartition du Coléanthe délicat et plus largement des espèces végétales sauvages de l'Ouest de la France

Depuis 2004 en Pays de la Loire, le Conservatoire botanique national de Brest coordonne un "Plan régional de conservation" en faveur de l'Ail des landes. Cette espèce protégée est extrêmement rare dans la région. Seules 4 stations se maintiennent actuellement, toutes localisées sur la commune d'Herbignac. La mise en œuvre du plan est coordonnée conjointement par le Conservatoire, le Parc naturel régional de Brière et Bretagne Vivante, en partenariat avec les propriétaires des différentes stations.

Contexte

En France, l’Ail des landes (Allium ericetorum Thore) doit faire face à la régression généralisée des landes et des milieux associés suite à la modification des pratiques agricoles (abandon des pratiques extensives de fauche, étrépage, écobuage, pastoralisme...) souvent accompagnée de plantations de résineux. Relativement répandue dans le sud-ouest du pays, la situation est particulièrement critique pour la population armoricaine, où l’espèce ne subsiste plus aujourd’hui qu’en de très faibles effectifs dans la seule commune d’Herbignac (Loire-Atlantique).

Comme 16 autres plantes rares et menacées des Pays de la Loire, elle fait l’objet d’un "Plan régional de conservation"  qui a été rédigé en 2004 par le Conservatoire botanique avec l’appui de la DREAL et de la Région Pays de la Loire.

L'espèce

Taxonomie Noms vernaculaires : Ail des landes, Ail des bruyères
Nom latin : Allium ericetorum Thore
Etymologie : Allium pourrait provenir du Celte "all", qui signifie brûlant, ericetorum fait référence à Erica qui est le nom des bruyères caractéristiques des landes.
Reconnaissance Description : plante vivace à bulbe allongé, enveloppé d’une tunique très filamenteuse. La tige est dressée, assez grêle et longue de 30 à 60 cm. Elle porte jusqu’au tiers de sa hauteur des feuilles linéaires, étroites, non fistuleuses. Les fleurs sont d’un blanc légèrement jaunâtre, rassemblées en tête serrée globuleuse de 20 à 30 mm de diamètre, non bulbillifère et à faible odeur douce, entourée par une spathe à deux bractées membraneuses égales, ovales, plus courtes que les pédicelles. Ceux-ci sont de taille égale, supérieure à celle de la fleur. Le fruit est une capsule globuleuse de 4-5 mm à 3 loges contenant chacune 2 graines noires, chagrinées et allongées-fusiformes.
Floraison : août-septembre
Répartition Espèce de répartition atlantique, sub-endémique de France, également connu en Espagne et au Portugal
Ecologie et habitat Plante des landes atlantiques intérieures (non maritimes)subsèches à fraîches, des végétations hygrophiles dominée par la molinie (moliniaies. Cette plante largement présente en plaine dans le sud-ouest de la France, remonte plus ou moins aux étages montagnard et subalpin dans les Pyrénées, les Monts cantabriques en Espagne et la Serra de Gerez au Portugal.
Protection et vulnérabilité Protection régionale (PR) : figure sur l'arrêté ministériel du 25 janvier 1993 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Pays de la Loire complétant la liste nationale.
Vulnérabilité (EN) : figure sur la liste rouge régionale "en danger de disparition" en Pays de la Loire.

Objectifs

  • Améliorer les connaissances sur l’espèce : rechercher d’anciennes stations, étudier les secteurs proches des stations actuelles, se documenter sur les travaux taxonomiques, effectuer des comparaisons morphologiques, conduire des investigations sur l'identité génétique...
  • Préserver les populations existantes : contrôler le développement des arbustes et des ronces, expérimenter des pratiques de fauche annuelle et précoce, réaliser des essais d'étrépage, mettre en place un suivi annuel des populations, restaurer les landes à proximité...
  • Conservation en culture : poursuivre la culture, entretenir le lot de semences de sécurité, poursuivre les collectes de graines, effectuer régulièrement des tests de germination, se documenter sur la longévité des semences...
  • Information et sensibilisation : informer les acteurs locaux et les partenaires des enjeux de conservation, développer les collaborations...

Actualités

Partenaires financiers

Partenaires techniques

En savoir plus

Réintroduction de l'Ail des landes en février 2018 à Coët-Caret sur la commune d'Herbignac en Loire-Atlantique

Vidéo sur la réintroduction de l'Ail des landes à Herbignac par le Parc naturel régional de Brière

Grâce au soutien de l'Agence de l'eau Seine Normandie et de la Région Normandie, le Conservatoire botanique national de Brest développe depuis 2014 un programme d'identification des végétations de zones humides par bassin versant sur les départements du Calvados, de la Manche et de l'Orne.

Objectifs

Le principal objectif de ce programme est de faciliter la reconnaissance des groupements végétaux, indicateurs des caractéristiques écologiques, par le plus grand nombre et particulièrement par les acteurs locaux en charge de la gestion et de la préservation de la nature :

  • réaliser un outil pertinent et adapté,
  • évaluer l'état de conservation des zones humides en proposant des indicateurs sur la qualité écologique des habitats humides terrestre,
  • développer la connaissance sur les végétations de zones humides en Normandie (écologie, répartition, fréquence, localisation...).

Des prospections fines ont été réalisées afin de cerner au plus près les végétations présentes. Des journées de formation sur sites ont été proposées aux agents de terrain (techniciens rivière, techniciens zones humides, agents de la CATER, des SAGES et de l'Agence de l'eau) pour tester les outils. Les outils mis à disposition ont vocation à évoluer au fur et à mesure du développement de la connaissance de terrain.

Avancement

Après l'étude des bassins versants de l'Orne et de la Dives en 2018, ce sont les outils d'identification des végétations de zones humides de la Sée, de la Sienne et des bassins côtiers de la Manche qui voient le jour en 2019 ! La fin de l'étude de ces trois bassins versants annonce également le démarrage de deux nouveaux bassins : la Vire et la Seulles.

Résultats

Chiffres clés

  • 1066 relevés phytosociologiques
  • 79 alliances phytosociologiques

Publications

  • 2 catalogues de végétation
  • 5 clés de détermination : une pour chaque bassin versant
  • 79 fiches descriptives de végétation (niveau alliance) incluant des cartes de répartition

Partenaires

En savoir plus

Guide des végétations de zones humides des bassins versants de l'Orne et de la Dives

Guide des végétations de zones humides des bassins versants de la Sée, de la Sienne et des bassins côtiers de la Manche

Colloque de Bailleul 2017 "Outils d'aide à la caractérisation des zones humides en régions Pays de la Loire et Normandie"

 

Nous avons choisi de vous présenter une diversité d'actions menées par le Conservatoire botanique national de Brest dans l'Ouest de la France et dans les hauts lieux de biodiversité mondiaux. Il ne s'agit pas d'une liste exhaustive. Faites votre choix !

Plantes à fleurs et fougères Algues, lichens et mousses Milieux naturels

    0 résultat(s)