void.gif

Les Conservatoires botaniques nationaux de Bailleul et de Brest ont réalisé en 2019-2020 une synthèse sur les données de plantes vasculaires à l'échelle de la Normandie. Cette synthèse produit une analyse sur la qualité, l'hétérogénéité et l'ancienneté des données et des indicateurs sur le végétal normand.

On entend par plantes vasculaires : les plantes à fleurs, les conifères et les fougères.

Objectifs

  • Etat des lieux de la connaissance à l'échelle de la région et des 5 départements
  • Etat des lieux du nombre d'espèces présentes à l'échelle de la région et des 5 départements
Sources • Cette analyse repose sur Calluna, la base de données développée par le Conservatoire de Brest pour centraliser les données floristiques de l'Ouest de la France, et Digitale 2, la base de données développée par le Conservatoire de Bailleul pour centraliser les données floristiques du Nord de la France.

Ce qu'il faut retenir

La diversité des habitats et des conditions bioclimatiques permet à la Normandie de conserver une richesse floristique indigène tout à fait honorable et tout particulièrement originale, en particulier pour les espèces endémiques ou en limite d’aire de répartition.

Cette richesse est répartie de façon hétérogène, les secteurs les plus riches, à préserver en priorité, correspondent aux secteurs diversifiés sur les plans géologiques, géomorphologiques et microclimatiques : les vallées de la Seine et de l’Eure, le littoral de la côte ouest de la Manche, les Marais du Cotentin, le Perche ornais et l’axe de la vallée de l’Orne.

Toutefois, cette synthèse met en lumière des disparités de pressions d’inventaires. Si certains départements bénéficient d'informations contemporaines d’autres n’en sont pas encore pourvus ; sachant qu'au bout de 20 ans, une donnée est considérée comme ancienne, les données des différents départements ne seront bientôt plus comparables.

Dans le cas de moyens suffisants et de protocoles appropriés pour le mettre à jour, le suivi chronologique de cette richesse spécifique pourrait être un indicateur parmi d’autres de l’évolution de la biodiversité régionale.

Chiffres clés

  • 1 308 074 données de plantes contemporaines
  • 1 856 plantes à fleurs et fougères observées en Normandie depuis 2000
  • 1 406 espèces indigènes, soit 30% de la flore métropolitaine, dont
    • 4 endémiques
    • 30 protégées
    • 49 menacées ou quasi menacées

 

 

A télécharger

Partenaires

Contact

Catherine Zambettakis
Déléguée régionale
Antenne Normandie-Caen
Conservatoire botanique national de Brest
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

 

Les Characées sont des algues des eaux douces et saumâtres. Ces plantes, encore peu étudiées à l’heure actuelle, jouent un rôle d’indicateur biologique des milieux aquatiques. Le Conservatoire botanique national de Brest et le Syndicat mixte des espaces littoraux de la Manche (SYMEL) lancent, autour de cette famille méconnue, un programme de connaissance et d’appui pour la gestion des mares des dunes de la côte ouest du Cotentin.

Contexte

Bien que reconnus au travers de la directive européenne Habitat-Faune-Flore comme un élément important du patrimoine naturel, les herbiers à Characées sont méconnus et l’état des connaissances est très insatisfaisant. Leur détermination nécessite des compétences particulières et peu de botanistes s’y sont intéressés. Or ces espèces jouent un rôle écologique important dans de nombreux écosystèmes aquatiques terrestres et peuvent apporter des indications précises sur la qualité physico-chimique des eaux et sur la dynamique globale des pièces d’eaux.

Après une première session de formation et quelques inventaires ponctuels réalisés par le Conservatoire botanique sur ce groupe d’espèces, plusieurs partenaires gestionnaires se sont intéressés à ces plantes et à leurs intérêts en termes d’indicateurs de suivi pertinents pour certains milieux aquatiques. Ainsi le SYMEL, gestionnaires d'espaces littoraux dans lesquels les pannes (mares plus ou moins temporaires) sont nombreuses, a proposé un programme sur les Characées en étroite collaboration avec le Conservatoire botanique. Ce programme rentre dans le cadre d'un appel à projet de la Région Normandie en faveur de la biodiversité d’ici fin 2021.

Zoom sur les Characées

Les Characées sont des algues évoluées, observables dans les eaux douces et parfois saumâtres. Cette famille comprend 7 genres et environ 400 espèces, dont une quarantaine en France métropolitaine, représentés principalement par les genres Chara et Nitella.

Ce sont des espèces fondatrices des écosystèmes aquatiques. Souvent premières à coloniser le milieu, elles permettent la fixation des éléments fins, organiques et minéraux, et clarifient ainsi l’eau d’une mare. Leur présence favorise la colonisation des plantes aquatiques supérieures.

Les herbiers constitués par ces espèces constituent des zones refuge pour la faune aquatique et la ponte des amphibiens et odonates. Ils sont aussi une ressource alimentaire pour certains oiseaux d’eau notamment des Anatidés.

Les écologues utilisent les Characées comme bio-indicateurs pour évaluer la qualité des eaux de surface. L’absence ou la présence de certaines espèces permet ainsi de déterminer la qualité physico-chimique de l'eau.

28 espèces ont été actuellement dénombrées en Normandie ce qui correspond à près de 70% des espèces connues en France.

En grande majorité liées à des eaux de bonne qualité physico-chimique et comme la plupart des espèces de zones humides, elles sont menacées par l’eutrophisation, la dégradation et la destruction des zones humides. Il s’agit donc d’espèces, pour la plupart rares et menacées.

Objectifs du programme

  • Améliorer la la connaissance sur les Characées dans la Manche.
  • Former des naturalistes et gestionnaires à leur reconnaissance.
  • Inventorier les Characées d’un échantillon diversifié et représentatif des mares littorales.
  • Analyser des communautés à Characées en corrélation avec le type de mares, l’hydrologie, les types de gestions (historiques ou récentes)...
  • Proposer de nouveaux outils d’évaluation de l’état de conservation des habitats aquatiques afin de suivre ces milieux naturels fragiles et rares.
Dans l'avenir • Ce programme aujourd'hui limité à la Manche à vocation à s'étendre sur l'ensemble de la Normandie.

Partenaires financiers

Contact

Timothée Prey
Chargée d'étude flore et habitats
Antenne Normandie-Caen
Conservatoire botanique national de Brest
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

En savoir plus

En tant que référent pour le Massif armoricain, le Conservatoire botanique national de Brest contribue à promouvoir Végétal local, une marque qui garantit l’engagement de producteurs en faveur de la biodiversité.

 

Contexte

Alors que les maîtres d’ouvrages et les gestionnaires d’espaces souhaitent de plus en plus utiliser des plantes sauvages collectées localement dans leur région d’origine, il n’existait jusqu’à présent aucun moyen permettant de garantir et contrôler l’origine de ces végétaux sauvages, malgré l’exigence de professionnels soucieux de la préservation de la biodiversité et des paysages.

La marque Végétal local a ainsi été créée en 2015 à l’initiative de la Fédération des Conservatoires botaniques nationaux, l’Afac - Agroforesteries et Plante & Cité. Elle est aujourd'hui propriété de l'Agence française pour la biodiversité. Le Conservatoire botanique national des Pyrénées et de Midi-Pyrénées, l'Afac-Agroforesteries et Plante & Cité en assurent l'animation à l'échelle nationale.

 

Objectifs

Les végétaux sauvages d’origine locale rendent de nombreux services écosystémiques. Issus d’une longue co-évolution avec la faune et la flore locales, ils contribuent au bon fonctionnement des écosystèmes auxquels ils sont inféodés.

Ainsi, les plantations ou semis de végétaux ne doivent pas être automatiques mais réfléchies dans le cadre d’un projet d'aménagement pour permettre de laisser les végétaux pousser spontanément et reconquérir un espace à « renaturer ». Il est recommandé de réaliser ces interventions dans le cadre de la marque Végétal local qui garantie l'origine des plantes mis à disposition.

Privilégier les végétaux de Végétal local, c’est :

  • participer à la fonctionnalité écologique des milieux,
  • conserver le potentiel adaptatif vis à vis des changements globaux,
  • permettre l’accueil et l’interaction avec la faune sauvage,
  • améliorer la résistance aux maladies et ravageurs,
  • favoriser la résilience des écosystèmes.
Plantes herbacées, arbres, arbustes : la marque Végétal local s’applique à tous les végétaux sauvages indigènes, issus de prélèvements durables dans le milieu naturel. Elle garantit la traçabilité des semences et plants depuis leur région de collecte jusqu’à leur commercialisation.

 

Pour qui ?

  • Vous êtes une collectivité territoriale, un paysagiste, un bureau d’études et vous cherchez des végétaux pour vos aménagements, des informations sur les producteurs bénéficiaires ?
  • Vous êtes producteur et vous souhaitez en savoir plus sur les végétaux éligibles ?
Types d’usage possibles : végétalisation, restauration d’écosystèmes, plantation, agroforesterie, reconstruction de haies, réhabilitation de carrières projets paysagers

 

Quelles garanties ?

  • La marque est encadrée par un règlement d'usage et un référentiel technique. Dans ces documents, sont définies toutes les procédures pour réaliser la collecte, la production et l’utilisation de ces végétaux.
  • Dans un souci de cohérence écologique, 11 régions biogéographiques indépendantes des régions administratives ont été définies comme trame règlementaire de la marque. Les semences de base sont donc prélevées dans le milieu naturel de votre territoire. La production est garantie d’origine locale.
  • Les végétaux ont conservé un maximum de leur diversité génétique, garantie d’une bonne adaptation à court et long terme.

 

Contact Massif armoricain

Julien Geslin
Animateur Végétal local pour le Massif armoricain
Conservatoire botanique national de Brest
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.vegetal-local.fr

En savoir plus

L’étude des dynamiques des végétations, par le biais de la phytosociologie paysagère, permet de mieux comprendre l’organisation des végétations au sein des paysages, dans l’espace et dans le temps. Elle est ainsi très utile pour objectiver, hiérarchiser et évaluer l'efficacité des choix de gestion dans les espaces naturels. Ce type d'étude intéresse de plus en plus les partenaires du Conservatoire à l'image du Département d'Ille-et-Vilaine qui a sollicité l'établissement en 2018 pour travailler sur le marais de Gannedel.

Contexte

Carte des Espaces naturels sensibles d'Ille-et-VilaineDepuis les années 1970, l’étude des dynamiques des végétations, par le biais de la phytosociologie paysagère, a suscité un intérêt croissant en France et en Europe. Mais, si les études relatives au paysage végétal se sont multipliées en Europe depuis la fin du 20e siècle, de tels travaux restent peu nombreux sur le territoire français.

Le programme national CarHAB de cartographie des habitats terrestres, lancé par le ministère en charge de l’Écologie depuis 2011, a permis de mener plusieurs travaux expérimentaux et ainsi d’améliorer les connaissances sur la répartition et les trajectoires dynamiques des végétations. En parallèle, en Bretagne, une attente forte des acteurs du territoire est remontée au Conservatoire concernant l’étude des potentialités d’évolution des végétations à court et moyen termes. Entre 2013 et 2017, un Contrat Nature de la Région Bretagne a ainsi permis de proposer et de tester des méthodes d’inventaire et de cartographie des végétations intégrant une approche dynamique de la végétation.

Mais, même si elle n’est pas nouvelle, l’application de cette approche à la gestion des espaces naturels n’est pas très courante et reste encore expérimentale. Le nouveau guide méthodologique national d’élaboration des plans de gestion des espaces naturels considère pourtant les « tendances évolutives (e.g. comblement, dynamique de végétation, habitat précurseur de tel ou tel habitat…) » comme un des « éléments essentiels relatifs à l’habitat naturel en termes de gestion ».

Objectifs

Le Département d’Ille-et-Vilaine, souhaitant mieux prendre en compte les potentialités de végétation dans la gestion de ses Espaces naturels sensibles, a sollicité le Conservatoire en 2018 pour réaliser une étude expérimentale sur les dynamiques des végétations du marais de Gannedel (en rouge sur la carte). Objectifs :

  • inventorier les séries de végétation,
  • replacer ces séries de végétation dans le paysage,
  • mettre en évidence les intérêts patrimoniaux (habitats d’intérêt communautaire, espèces à forte valeur patrimoniale…) au sein de chaque série,
  • fournir des éléments pour la gestion du site dans son ensemble.
     
Mais, c'est quoi une série de végétation ?
C'est un ensemble de végétations qui se trouve dans un compartiment écologique homogène (même climat, même substrat géologique, même type de sol...) et qui s’inscrit dans une même succession temporelle.
Les végétations constitutives d’une série présentent ainsi les mêmes potentialités. Le plus souvent, la succession temporelle aboutit à un stade forestier mais elle peut également être bloquée, en raison de contraintes écologiques permanentes, à un stade moins structuré de type fourré arbustif ou lande, voire n’être constituée que d’un seul stade herbacé. Ce stade final correspond à la "tête de série" qui donne son nom à la série de végétation.

Résultats

Huit séries de végétation ont été distinguées, décrites et caractérisées sur le marais de Gannedel.

Les résultats de l’étude ont permis de comprendre le fonctionnement et l’organisation des végétations mais aussi des habitats naturels et des habitats d’espèces à forte valeur patrimoniale au sein du paysage végétal. Directement intégrables dans le plan de gestion du site, ils ont orientés les actions de gestion, de restauration et d’aménagement avec une vision prospective.

A lire • Le rapport présentant les résultats de l'organisation temporelle et spatiale des végétations du marais de Gannedel est disponible en téléchargement (5,7 Mo).
Une synthèse de cette étude fait l'objet d'un article dans le dernier numéro d'E.R.I.C.A. exceptionnellement disponible en téléchargement (5,4 Mo) jusque fin août 2020.

Perspectives

En 2020, ce sera au tour de l’Espace naturel sensible de la vallée du Canut (sud-ouest de Rennes) de passer sous la loupe du Conservatoire afin que celui-ci dévoile toutes ses potentialités de végétation. En parallèle, le Conservatoire s’implique également dans le programme national CarHAB pour établir une carte prédictive des enveloppes de séries de végétation (« biotopes ») du Finistère au 1:25 000.

Partenaire

Contact

Elise Laurent
Chargée d'études flore et habitats
Antenne Bretagne
Conservatoire botanique national de Brest
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

En savoir plus

Depuis 2012, le Conservatoire botanique national de Brest participe à un réseau expérimental sur la restauration de zones humides. D’abord initié dans le Finistère, le réseau est actuellement en cours d’extension au niveau régional sous la coordination du Forum des marais atlantiques.

Contexte

La Cellule d’animation sur les milieux aquatiques (CAMA), co-animée par le Département du Finistère et le Forum des marais atlantiques, a mis en place depuis 2012 un réseau expérimental sur la réhabilitation de zones humides du Finistère.

Ce réseau a pour vocation d’évaluer si des travaux de restauration hydrologique permettent de retrouver les services et fonctions perdus de zones humides sévèrement altérées, en particulier la régulation de la qualité et de la quantité d’eau ainsi que l’accueil de la biodiversité. Leur efficacité est évaluée via un suivi pluridisciplinaire prenant appui sur la mobilisation de différents partenaires.

Le Conservatoire botanique national de Brest est partenaire technique et scientifique du réseau et a réalisé, dans ce cadre, l’état des lieux de la flore et des végétations des cinq sites pilotes du réseau. Il a également participé à la mise en place des protocoles de suivis de la végétation et à leur mise en œuvre.

Résultats

Les résultats du programme finistérien sont consignés, pour chacun des 5 sites pilotes, dans des rapports et synthèses. II incluent l'état initial, la définition des protocoles de travaux et leur mise en œuvre ainsi que les résultats des suivis après travaux et une évaluation de l'opération de restauration, basée sur l'analyse de l'évolution des différents indicateurs après travaux.

Conclusions • D’une manière générale, les travaux de restauration hydrologique ont un effet positif sur la flore en place dans les sites pilotes. Mais la réponse de la végétation suite aux opérations de restauration diffère en fonction des types de travaux engagés. Par exemple, lors de l’effacement de drainage, la végétation réagit d’abord rapidement autour de l’ancien drain mais les effets à l’échelle de la parcelle sont plus longs à percevoir. Il en est de même pour les sites où le sol a été remodelé pour restaurer la zone humide : le sol nu est très rapidement colonisé par une végétation pionnière mais sa stabilisation et sa diversification est plus lente. Il est ainsi nécessaire de poursuivre les suivis des sites pilotes afin de confirmer certaines tendances qui semblent se dessiner et pouvoir observer les changements sur le long terme.

Perspectives

Depuis 2019, le réseau est en cours d’extension au niveau régional sous la coordination du Forum des marais atlantiques et inclue un volet recherche-action dénommé ETREZH (Evaluation de l’effet des travaux de restauration sur les fonctions des zones humides de Bretagne). Ce nouveau programme permettra de poursuivre l’acquisition des connaissances scientifiques et techniques, notamment sur l’effet des travaux de suppression de drainage enterré ou de remblai (non étudiés dans le Finistère). Le projet pose également la question de la façon dont peuvent être évalués les travaux de restauration et de l’adaptation de protocoles de suivis au contexte particulier de la restauration des milieux.

Partenaires

Contact

Vincent Colasse
Chargé d'études flore et habitats
Antenne Bretagne
Conservatoire botanique national de Brest
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

En savoir plus

Site web de la Cellule d'animation sur les milieux aquatiques

 

Nous avons choisi de vous présenter une diversité d'actions menées par le Conservatoire botanique national de Brest dans l'Ouest de la France et dans les hauts lieux de biodiversité mondiaux. Il ne s'agit pas d'une liste exhaustive. Faites votre choix !

Plantes à fleurs et fougères Algues, lichens et mousses Milieux naturels