void.gif

Voici les visages du personnel du Conservatoire botanique en ce début d'année.

40 personnes réparties sur trois sites : Brest, Caen et Nantes.

Télécharger • Le trombinoscope du personnel (mis à jour en février 2021).

Articles associés

L’association Manche-Nature, le Conservatoire botanique national de Brest et la Société française d'orchidophilie de Normandie ont sollicité leurs réseaux naturalistes et les manchots pour participer à une grande campagne de récolte de données sur l’Orchis mâle (Orchis mascula) ces 3 dernières années. Regardez les avancées !

Une mobilisation récompensée

Ce projet a été très fédérateur. Il a associé 150 personnes et a permis de faire progresser la connaissance très rapidement. L'Orchis mâle, qui était jusque là observé sur 166 communes, l'est désormais sur 351 communes ; soit près de 79% des communes du département.

Découvrez les informations saisies dans la base de données Calluna du Conservatoire botanique national de Brest :

  2018 2019 2020
 
Nombre de relevés 264 814 848
Nombre de communes 166 321 351
Nombre d'observateurs 47 150 152

Observateurs.rices

Nous remercions toutes les personnes qui ont contribué à ce recensement : AMARDEILH Jean-Pierre, ANDRÉ Colette et ANDRÉ Pierre, ANGER Jacques, AUBERT Dimitri, AUBERTIN Marc, AUBERTIN Nathalie, AURIERE Anne, BARBE Valérie, BARRIER Alain, BEER Michel, BISMAN Alain, BISSON Francis, BONNISSENT Christelle, BOSSARD Monique, BOUSQUET Thomas, BOUVET Alicia, BRATEAU Gérard, CAUDROY Patrice, CAVEAU Sophie, CERCEL Danièle, CHANDON Marie-Rose, CHERPITEL Thomas, CHEVRET Delphine, CHOLET Joachim, CLÉE Evelyne, CLET Florent, CLOUET Monique, COLLETTE Jean, CORBEAU Alexandre, CORBEAU Françoise, DALIBARD Vianney, DANAIS Michel, DANIEL Pierre, DARDILLAC Aurélie, DAUTZENBERG Philippe, DAVÉE Christophe, DECLOMESNIL Ludwig, DELAMARE Françoise, DÉPERIERS Sandrine, DESGUE Patrick, DESMARES Jocelyn, DESPICY Chantal, DESTIGNI Yvette, DHAUSSY Loïc, DUCHEMIN Anne-Marie, DUFAY Lucie, DUFRASNE Michel, DUFRENE Pierre, DUPONT MONFORT Sylvie, EUGÉNIE Juliette, FALAISE Guillaume, FILIPE Marie, FILLIOL Alain, FLOCHEL Charles, FONTENAY Agnès, FOUCHARD Benoît, FOUQUET Lionel, FURON Olivier, GAILLARD Jean-François, GALLOO Thierry, GAUTIER Rémy, GÉRARD Maurice, GÉRAULT Jean-François, GESNOUIN Julien, GIRARD Nicolas, GORET Marie, GOSSET Sylvie, GOURVIL Johan, GRANDGUILLOT Thierry, GUEDOU Alix, GUESNON Françoise, HAUPAY Thierry, HÉMON Audrey, HERVIEU Christophe, HOUYVET Mathias, JARDIN Anaïs, JORAND Isabelle, JOUY Alain, KOWAL Jacqueline, L’HOTELLIER Mattéo, LABADILLE Charles-Eric, LACROIX Pascal, LAIGNEAU Frédéric, LARVOR Isaël, LAULIER Monique, LAVILLE Lauriane, LE BAIL Jean, LE MARQUER Alain, LECARPENTIER Georgette, LEGROS Bernard, LEJEUNE Françoise, LEMAGNEN Rémy, LEMIERE Stéphane, LEPETIT Séverine, LEPEULE André, LEREST Maiwenn, LEROUX Michel, LESNIAK Eric, LEROY Patrick, LEVEQUE Nathalie, LIOT Janine, LIOT Léon, LIVORY Alain, MACÉ Mélanie, MARCHAL Emmanuelle, MARTIN Nadine, MARTIN Patrick, MAZIERE Vincent, MERCIER Philippe, MIROUDOT Bernadette, MONSIMIER Philippe, MORIO Christine, MOUCHEL Yann, NOËL Christian, PARIS Dominique, PAYS Gaëlle, PHILIPPE Thierry, PIAU Marc-Henri, PLESSIS Justine, POUPINET Suzanne, PREY Timothée, PROVOST Michel, RADIGUE François, RAGOT Rémy, RENOIR Isabelle, ROETZINGER Sammuel, RONGIER Alain, RONSIN Chantal, ROULLAND Emmanuelle, RUELLE Thierry, SCOLAN Philippe, SICCARD Aodren, SICCARD Rachel, SIMON Nathalie, STALLEGGER Peter, STAUTH Séverine, STÉRIN Dominique, TENIERE Jean-Yves, THEVENIN Philippe, THIÉBOT Marie Lou, THOUIN Françoise, THURIN Claire, TURNER Roxane, TURPIN Luc, VAILLÉ Jacques, VERGIN Aurélie, VIGOT Delphine, VOELTZEL Didier, WAYMEL Juliette, WIKRAMARATNA Jan, WILLAY Elisabeth, ZAMBETTAKIS Catherine

Mais qui est l'Orchis mâle ?

      

L'Orchis mâle fait partie de la très grande famille des Orchidées (Orchidaceae) qui compte 27 espèces différentes dans le département de la Manche.

Elle a été choisie pour cette première campagne de récolte de données parce qu'elle est visible plusieurs mois dans l'année dès la fin de l'hiver sous forme de rosette et en fleurs entre avril et juin. C'est une espèce assez-commune que l'on rencontre dans une grande variété de milieux : sur les talus, dans les prairies de fauche, les pelouses, les landes, les boisements jusque dans les jardins de particuliers ! De plus, sa couleur pourpre et sa grande taille (entre 30 et 70 cm) la rendent facile à découvrir et à observer.

L'organisation mise en place

Afin de mieux connaître la répartition de cette espèce, les données récoltées ont été partagées, validées puis synthétisées dans la base de données Calluna du Conservatoire botanique national de Brest. Elles contribuent à la mise à jour des inventaires de la flore du département de la Manche initié en 2018.

A savoirLogo ecalluna reflexionEn 2020, la même campagne de récolte de données a été proposée pour une autre orchidée : l’Ophrys abeille (Ophrys apifera). Les résultats seront bientôt disponibles mais vous pouvez d’ores et déjà suivre l’évolution de l’intégration des données sur l’application eCalluna.

 

Contact

Thomas Bousquet
Chargé d'étude flore
Responsable du réseau des correspondants botanistes (Calvados, Manche, Orne)
Antenne Normandie-Caen
Conservatoire botanique national de Brest
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Articles associés

 

La biodiversité, c'est la vie.
Elle constitue le tissu vivant de la planète :
animaux, micro-organismes, végétaux, milieux naturels et nous !
Elle nous rend bien des services. Observons-la pour mieux la comprendre et mieux la protéger.
Cette biodiversité est fragile. L'année passée a été une véritable prise de conscience pour nous tous.
Si nous détruisons les milieux de vie des espèces sauvages, nous augmentons la probabilité
d’un désastre écologique. Et pourtant, nous continuons à détériorer notre bien commun.

En 2021, faites un vœu !
Agissons ensemble pour protéger notre biodiversité.


Les écosystèmes sont irremplaçables, s’engager aujourd’hui appelle à un véritable changement
de paradigme. La biodiversité doit être au cœur des choix que font les gouvernements, les collectivités locales, les acteurs socio-économiques. Les établissements de recherche et les organisations de préservation de la nature sont des ressources et des appuis essentiels, ils ne peuvent agir seuls.

Frédérique Bonnard Le Floc'h, présidente, le comité syndical et l'équipe du Conservatoire botanique
vous présentent leurs meilleurs vœux et souhaitent qu'en 2021, plus que jamais,
nous protégerons ensemble la beauté de notre biodiversité.
 

 

Articles associés

Le Conservatoire botanique national de Brest propose un stage de 6 mois à son antenne Normandie-Caen.

Contexte

Le Conservatoire botanique national de Brest est un organisme public scientifique et technique ayant pour mission principale la connaissance et la conservation de la flore et des végétations de l’Ouest de la France (Basse-Normandie, Bretagne et Pays de la Loire).

Dans le cadre de ses missions de connaissances des végétations et des habitats, son antenne de Normandie-Caen souhaite améliorer les connaissances sur les habitats de forêts présents en Basse-Normandie. Ce stage se concentrera sur les végétations d’aulnaies marécageuses et d’aulnaies-frênaies riveraines. Le but est d’apporter des éléments précis d’identification de ces végétations dans les départements du Calvados, de la Manche et de l’Orne.

Missions principales

Sous la responsabilité de la chargée d’études référent et en collaboration avec l’ensemble de l’équipe scientifique du Conservatoire, la.le stagiaire aura pour mission d’étudier les différents syntaxons d’aulnaies et d’aulnaies-frênaies présents sur le territoire, d’identifier le contexte écologique dans lequel ils se développent et d’accroître la connaissance sur leur répartition géographique.

Il.elle remplira les tâches suivantes :

  • réaliser une synthèse bibliographique des données existantes,
  • élaborer un plan de prospection de terrain à partir d’une pré-localisation cartographique (photos aériennes, cartes géologiques, données flore...) en lien avec les inventaires en cours ou déjà réalisés par le Conservatoire,
  • réaliser et analyser des relevés phytosociologiques (la période de terrain sera une phase importante du stage, elle s’étendra sur 2-3 mois),
  • rédiger un rapport de synthèse.

Profil recherché

Etudiant(e) en Master 2 d’écologie ou école d’ingénieur dans le domaine de l’environnement

  • Bonnes connaissances en botanique et bases en phytosociologie ; un intérêt pour la bryologie serait apprécié
  • Rigueur, autonomie, qualités rédactionnelles, intérêt fort pour le travail de terrain
  • Bonne maîtrise des logiciels informatiques de base (Excel, Word...)
  • Connaissance souhaitée en SIG
  • Permis B et véhicule personnel indispensable (possibilité d’utiliser les véhicules de service selon disponibilité)

Conditions de stage

Stage de 6 mois, basé à Caen à l’antenne Normandie-Caen du Conservatoire botanique

Indemnité équivalente à 30 % du SMIC + indemnité kilométrique pour les déplacements réalisés dans le cadre du stage sous convention tripartite étudiant/établissement scolaire/Conservatoire botanique

Modalités du recrutement

Les candidatures (CV et lettre de motivation) doivent parvenir avant le 22 janvier 2021 à :

Marie Goret
Chargée d'études flore et habitats
Antenne Normandie-Caen
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Retrouvez l'offre complète en .pdf

C'est Noël avant l'heure ! Le Conservatoire botanique national de Brest et ses partenaires annoncent la mise en ligne de la partie Morbihan de la carte des grands types de végétation de Bretagne. Avec ce dernier département, la région Bretagne est désormais couverte intégralement. Après plus de 2 ans d’analyses d’images aériennes et de données géographiques, le programme de cartographie touche à sa fin. Une analyse régionale est attendue début 2021.
 

Quelle analyse peut-on faire du territoire ?

Le paysage du Morbihan est fortement impacté par l’activité humaine, notamment au nord-est. Les milieux artificialisés (cultures, vergers, cultures, parcs et jardins, bâti, routes) représentent 53% du territoire dont 43% dédiés aux cultures agricoles.

Parmi les végétations naturelles et semi-naturelles, il y a deux hauts-lieux préservés au niveau du camp militaire de Saint-Cyr Coëtquidan et du massif dunaire de Gâvres-Quiberon.

La faille sud-armoricaine de Plouay à Redon, caractéristique géologique du département, ressort nettement, parsemée de forêts, de prairies et de landes. Autre caractéristique : la longue façade maritime et les îles du département. Si le littoral abrite des végétations naturelles diversifiées, il est également fortement marqué par l’urbanisation. C’est le cas autour des centres urbains de Lorient, Lanester, Vannes et Quiberon.

Enfin on observe une forte corrélation entre la nature du socle géologique (granites hercyniens) et la présence de forte densité de milieux naturels et semi-naturels (bocage, prairies, landes, tourbières). Ces zones sont situées au niveau des vallées de la Vilaine et de l’Oust, les zones bocagères des Monts de Lanvaux, des crêtes de Saint-Nolff et du Centre-Bretagne.

Chiffres clés

  • 684 396 hectares cartographiés
  • 2 931 km² de cultures
  • 1 077 km² de prairies et pelouses
  • 798 km² de forêts sèches et mésophiles
  • 670 km² de végétations naturelles humides

 

Comment visualiser et utiliser la carte ?


En cliquant sur "visualiser la carte du Morbihan", vous accédez à la fiche de métadonnées avec le visualiseur et la notice détaillant la méthode, les résultats, les fiches descriptives de chaque grand type de végétation. Vous trouvez aussi des précisions sur le contenu de la couche géographique, les sources, les modalités d'utilisation et de citation de la carte.

  • La notice est indispensable à lire pour mieux comprendre la méthode et les données géographiques mobilisées sur le département et découvrir des analyses statistiques.
  • La légende est accessible dans les pictos de droite à partir de la fonctionnalité "Couches". Il faut ensuite sélectionner l'écrou "Informations sur la couche".
  • La carte est seulement visualisable. Si vous êtes un professionnel de l'environnement et de la géomatique, prenez contact avec les cartographes du Conservatoire pour obtenir les couches et les intégrer à vos logiciels SIG : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

 

Ressources en lien avec la carte

 

Qu'est-ce-qu'une carte des grands types de végétation ?

Il s’agit d’une carte numérique qui présente une vision globale de l’occupation du territoire breton par L27 grands types de végétation. Elle permet, en 3 clics, de situer une zone humide, un secteur de lande, de tourbière, une prairie ou encore un espace forestier.

Ce nouvel outil, créé par le Conservatoire botanique, facilite ainsi l’identification des enjeux de biodiversité pour les collectivités, comme les EPCI, et permet de mieux orienter les projets d’aménagement. La carte est donc avant tout destinée aux professionnels, mais c’est aussi un moyen pour tout citoyen de partir à la découverte de son territoire.

La parution de la carte du Morbihan annonce le prochain bilan global de ce programme d’envergure. Une analyse régionale avec des chiffres clés et des cartes de synthèse est attendue pour début 2021. Le comité de pilotage associant les 10 partenaires financiers se réunira également en début d’année pour envisager l’avenir de ce nouvel outil et son appropriation par les professionnels de l’environnement.

Articles associés

Contact

Programme "Cartographie des grands types de végétation de Bretagne"
Conservatoire botanique national de Brest
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

Logos partenaires CGTV bzh

En savoir plus